intro faire un fanzine toi aussi tu veux faire un fanzine en equipe?
Eh bien ça tombe bien, je peux vous faire partager mon expérience datant de 2006 d’ancienneté pour Qzine, le fanzine CULturel.  faire un fanzine

Une idée

ou un fil directeur. Afin de pouvoir choisir si telle ou telle proposition a sa place dans votre production, et aussi pour ne pas perdre les lecteurs. La cohésion de la charte graphique dépendra de l’idée initiale.

Une équipe

Faire un fanzine seul est possible mais je trouve ça bien moins marrant qu’à plusieurs. Du coup ça peut ressembler a une entreprise familiale (le profit en moins :D)

Il vous faudra choisir des rôles aux membres, Chacun à ses spécificités et ses affinités. rédaction, dessin, scénario, mise en page (un tuto est en préparation spécialement pour ça ;) ), recherche d’imprimeur, espace de stockage des fanzines imprimés, inscription a des salons, relation commerciale, responsable de vente par correspondance, gestion de sécurité des données (prévenir la mort des disques durs grâce à des copies séparées géographiquement) possession d’un grand salon, cuisine pour alimenter l’équipe, correction des fautes (pour avoir une image de qualité, il convient d’avoir des textes sans fautes tant que possible) et bien d’autres… y’en a pour tout le monde.

les recruter, prendre régulièrement des nouvelles de l’avancement des projets de chacun et choisir à qui revient le pouvoir décisionnel pour trancher en cas d’hésitation. Définir un mode de récompense à la participation est également important, mais là aussi ça dépend de votre budget.

n’oubliez pas que PERSONNE n’est un champion en communication, il est donc courant de ne pas avoir de nouvelles de la part de membres qui sont bloqués sur un problème. Il faut les encourager à communiquer et à faire ce qui leur plait le plus.

Parlez d’argent dès le début

à moins que votre fanzine ne vous coûte vraiment rien, ou pas plus qu’une connexion internet, il faut absolument parler d’argent dès le début. Savoir qui finance quoi, dans quelle proportion, et où reviennent les sous gagnés aux ventes. Comment répartir les frais de port, payer les stands des expositions, comment payer l’essence (c’est tellement 20e siècle) pour les transports de stocks en voiture, les parckings, les péages d’autoroute; ou que sais-je. N’ayez pas peur de découvrir que personne n’a de sous dans l’équipe. N’ayez pas peur de découvrir que vous être un gros bourge ou une grosse radasse comparé aux autres. Sans discuter d’argent votre projet n’a aucun avenir. Ne comptez surtout pas parler argent une fois le projet fini pour vous rendre compte que vos demandes ou vos attentes de rémunération sont irréalisables. On peut bien négocier un kilo de bananes, pourquoi pas un fanzine ?

Ce qu’on a fait pendant longtemps a Qzine c’est: Reg et moi même finançons les impressions de fanzine et le reste a 50% chacun, On empoche chacun 50% des recettes de conventions, sauf pour les dessins à la demande où c’est pour notre pomme.
Et à ce jour après environ 3000 € d’investissement depuis 2006 nous n’avons encore fait aucun bénéfice au nom du fanzine.

Maintenant nous sommes trois, on a donc révisé la répartition des finances sans changer les comptes pour les anciens stocks.

Un calendrier

ou plutôt un agenda pour prévoir les délais de chaque partie de production, s’accorder avec les expositions où nous souhaitons apparaître. Faire des groupes pour différentes régions, prévoir un hébergement, un hôtel, des chemins de transport, faire des listes et les modifier à souhait. Chez Qzine on a un agenda consultable publiquement et hébergé sur google calendar. http://qzine.fr/blog/agenda-qzine/

des lieux de travail

Un lieu pour se retrouver physiquement permet de faire des tas de choses, échanger des idées bien plus vite que via messagerie, voir l’avancement se faire en temps réel.
Un rendez vous au moins une fois par mois me parait un bon rythme.
Si comme pour nous vous avez des membres aux quatre coins du monde organisez des tchatts par IRC.
pouce cela nous avons le canal #q sur irc.fantasya.org , accessible via une interface en java sur une page de notre site:
http://qzine.fr/PJIRC/AppletWithJS.html
Mais avoir un lieu de rencontre physique est le meilleur moyen de pouvoir faire évoluer facilement votre projet.
Faites tourner les lieux de travail afin que ça ne soit pas toujours les mêmes qui travaillent à nourrir l’équipe. Apportez quelque chose de consommable quand on vous invite. (c’est élémentaire mais il vaut mieux le clarifier)
De plus le changement de lieu (comme le changement d’outil) est très propice à l’inspiration. Sur les trajets aussi on trouve des idées.
Dans tous les cas, faire participer chaque membre à l’opération d’hébergement des autres membres est un bon moyen de concrétiser que chaque membre contribue à l’équipe, et au projet. Ce n’est pas toujours possible, mais c’est un bon exercice. :)

Le matériel

Il vous faudra aussi du matériel. Par pitié, massicotez vos fanzines afin qu’on puisse vraiment les lire et les prendre en main comme n’importe quelle brochure, magazine, ou bouquin.

materiel faire un fanzine

impression

Démarcher un imprimeur prend près d’une heure sur place. Vous pouvez imprimer votre fanzine à la maison, mais ça risque de vous prendre une plombe et un bruit de dingue en continu. Vous allez au devant d’ue galère immense si votre imprimante ne sait pas faire de véritables recto verso en ravalant les feuilles. Certains font imprimer au boulot de leur parents qui souvent disposent d’imprimante de dingue pour faire juste de la paperasse administrative. Essayez plusieurs devis d’imprimeurs. Pensez aux prix dégressifs selon le nombre d’exemplaires de fanzine, imprimer deux fois 50 fanzine vous coûtera un tiers plus cher que si vous aviez pris directement 100 fanzines. Si c’est votre premier fanzine, posez plein de questions à l’imprimeur et imprimez en petit volume. (50 exemplaires maximum) car il se peut que votre public ne soit pas au rendez vous. Avant de lancer un tirage, demandez un bon à tirer. Bien souvent, si une impression est foireuse, un professionel le reconnaît et réimprimera vos fanzines sans que ça vous coûte un sou de plus.

Pour exemple, notre première impression de fanzine !Q nous a coûté 60€ pour 50 fanzines en noir et blanc de 52 pages A5, attachés par deux agraphes et massicotés. Nous les avons vendus à 3€ pièce. Il vaut mieux les vendre plus cher que ce qu’ils vous ont coûté, car c’est bien du travail que vous faites pour les produire. Cela peut faire partie de votre stratégie marketing de les vendre à perte ou de les offrir. C’est aussi possible, surtout pour un webzine. Vous pouvez aussi les vendre a un euro et marquer que le prix est libre. Personnellement j’aime bien quand un fanzine me mettra plus de cinq minutes à être lu, donc avec plus de pages. Ce qui fait tout naturellement des fanzines un peu plus chers qu’un euro :D

Gérer son temps

Comme dirait l’autre, nous disposons tous de 24 heures dans une journée.
Albert Einstein, Bill Gates, Jean Pierre Coffe et autres Nikola Tesla ont disposé d’autant de temps tous les jours de leur vie pour devenir des gens qui ont fait quelque chose qui compte.
Ménager son temps ne se fait pas tout seul, c’est à vous de le faire tout en sachant qu’il existe des impondérables.
Fixez vous de petits objectifs (genre faire une tarte aux pommes) et répartissez les le plus équitablement parmi les membres de l’équipe.
Savoir gérer son temps c’est aussi savoir se donner des plages d’inactivité, de temps libre, et de repos qui permettront de faire des tâches d’autant plus éveillé et efficacement.

Se faire connaître

Soyez présent là où des gens sont susceptibles d’être intéressés par ce que vous proposez. N’hésitez pas à essayer des endroits que vous ne fréquentez pas, proposez des collaborations, des référencements, des échanges de publicité inter fanzines, mettez en valeur ce que vous vendez. Et quand vous êtes en face du public, si vous vendez un truc drôle ne dites pas que c’est drôle, faites le ressentir en évoquant concrètement le contenu, en étant de bonne humeur. Oui, on vous l’avais sans doute aussi caché mais être de bonne humeur aussi ça s’apprend et c’est possible même quand il fait un temps pourri. On appelle ça l’été en Angleterre.

Soyez souples des méninges

Vous êtes dans une équipe, même si vous y êtes présent en tant que patron absolu vous n’avez pas d’intérêt à être rigide CMB. Comme Maître Borné. Un projet est un travail d’équipe qui peut être bien ou mal mené par chacun des rôles rattachés au projet. Il convient donc de savoir faire parfois, pas toujours, des compromis de façon à ce que chacun se sente entendu.

Se donner le droit à l’erreur

Tout le monde peut se tromper. Vous et moi avons le droit à l’erreur, c’est d’ailleurs là que l’on apprend le plus de choses: en se trompant. On aurait tort de ne jamais vouloir essayer quelque chose sous prétexte que ça ne rendra pas quelque chose de *parfait*. L’échec n’est pas une condition permanente, sans quoi il n’existerait pas d’école. Faire du fanzinat, travailler en équipe ça s’apprend. Se lancer dedans, ou dans tout projet en sachant tout cela est primordial.

N’oubliez pas le principal: le fanzinat ça s’organise, mais gardez le stress et l’inconfort pour le reste : on est là pour le plaisir.

Conclusion

Vous voilà un peu plus armés pour aborder le monde du fanzine en équipe. Cela demande des efforts. Cela en vaut surtout la peine si une fois en face de votre public vous arrivez à faire un échange qui apporte un peu plus que de passer à une caisse. Un webzine au format pdf ou epub est possible pour un coût bien moindre de diffusion. Ce que nous avons vu récemment est la publication de blogs BD, pourquoi ne pas commencer à faire un blog avant de faire un fanzine ? ça peut être une piste. à vous de réfléchir à comment gérer un fanzine qui vous ressemblera, à savoir changer de politique de fonctionnement quand ça ne marche pas, et à garder les éléments qui font le succès de votre fanzine.

Si vous faites partie d’un fanzine et que vous n’avez pas encore répondu au méga sondage de méluzine hébergé sur ma plateforme de quiz, je vous invite à venir prendre cinq minutes pour voir ce que disent les autres (une cinquantaine de retours), leurs parcours, leur démarche commerciale, leurs intentions et conseils, et bien sûr vous pouvez y poser votre expérience.



La force soit avec vous.

Allez zou je retourne a la rédaction de mon super tuto sur indesign.
et si vous avez une anecdote ou une astuce de fanzineux, faites péter! :) bisous!