Tuto: Comment trouver un point de fuite?

Pour trouver le point de fuite qui se trouve quelque part devant vous,
mettez vous face au plan du mur qui vous fait face, vous devez être aussi vertical que la surface que vous observez si vous voulez trouver une fuite cohérente.
Si votre salle a une structure rectangulaire (côtés parallèles deux à deux), les murs sur les côtés du schéma verront leur lignes de plafond et de sol dirigées vers un point EXACTEMENT en face de vos yeux, ET sur la ligne d’horizon.
Imaginez vous voir dans la même position assis au plus près du mur.
Vous vous souvenez du point entre vos deux yeux? Eh bien les fuyantes de la salle se dirigeront vers ce point, c’est le point de fuite que vous cherchez.
Si vous êtes à 50 cm du sol il se trouvera à 50 cm sur le mur dans votre dessin.

Et ces bêtes là, c’est comme la lune, ça donne l’impression que vous êtes suivi 😀
Alors rappelons tout de même que les points, les lignes et tout ça ça n’existe que dans notre imaginaire collectif, rassurez vous, personne ne vous suit.
mouahah.


Une technique simple pour trouver où se trouve le point correspondant à votre point de vue sur le mur, servez vous de votre crayon (si il est droit) en tendant votre bras au maximum (pour être régulier dans vos mesures) et suivez les lignes des murs sur les côtés.
Votre dessin gagnera en cohérence si vous trouvez les bons points de fuite, et si vos lignes convergent exactement vers ces points.
Faites donc attention aux intervalles de taille pour dessiner les surfaces de vos objets en série.

Si vos objets en série sont sensés être tous de même taille dans l’espace, en perspective ce n’est plus pareil:
Plus votre objet, ici le cube, sera éloigné du point de fuite, plus la taille de la même surface rapetissera.
Donc si dans votre dessin vous voyez un cube dans le ciel qui a une face du dessous plus petite que celle d’un cube juste au dessus de l’horizon c’est qu’il y a quelque chose qui cloche.

on ne voit pas le dessous d’un objet posé au sol, et on ne voit pas le dessus d’un objet au dessus de nous.
Si votre horizon est plutôt dans le haut de votre dessin, c’est que vous regardez par terre.


Si vous êtes au dessus des immeubles que vous voulez dessiner, rappelez vous que les points de fuite se trouvent toujours sur l’horizon (ou le vertizon, voir le vocabulaire)
Savoir que ce qu’on dessine sera vu de dessus ou de dessous en fonction de notre position permet de garder une cohérence dans son dessin, à condition que vous respectez la décroissance des intervalles
En l’occurrence, sur ces immeubles en schéma, une fenêtre plus basse qu’une autre sous l’horizon, ou plus haute qu’une autre au dessus de l’horizon sera toujours plus petite que la précédente.

J’étais à Cergy, à un endroit qui s’appelle « les 12 colonnes » et je voulais savoir si je me trouvais plus haut que la tour Eiffel se trouvant à une trentaine de kilomètres de là. (ouais j’ai des curiosités comme ça :D)
C’est alors que je me suis armé de mon appareil photo et ai zoomé sur l’édifice.


Ceci est un haut de tour eiffel (oui bon, ayez un peu d’imagination!).
J’ai alors remarqué qu’une partie du haut de la tour étaie légèrement vue de dessous, et que le reste du bas était vu de dessus. Je me trouvais donc à la hauteur où les barres de métal de la tour étaient de face.
(entre le 2e et le 3e étage, à plus de 200mètres de haut donc).
Si vous êtes CUrieux et que vous connaissez le théorème de Thalès ou bien gout-gueule vous pouvez trouver la hauteur à laquelle j’étais, la vraie distance séparant les deux édifices (de sa mère! hohoho jeu de mot!) et même l’âge du capitaine.
voilà, maintenant vous savez.
Des questions?
Pourquoi quand je dessine une porte ouverte elle a une gueule bizarre par rapport au mur? ;_;


Il ne faut prendre un point de fuite commun pour des plans que si ils sont parallèles.
Une porte, quand elle est fermée a le plan de sa surface parallèle au mur.
Ensuite, quand on l’ouvre les fuyantes du haut et du bas de la porte se dirigent vers un point qui se déplace sur la ligne d’horizon.
Quand la porte est fermée, ce point est derrière l’observateur, plus on l’ouvre, plus le point de fuite migre vers l’avant comme le montre ce schéma:

Voilà pour l’étude de un point de fuite, j’espère que vous dessinerez de beaux décors et que la persp’ ne vous fera plus peur :3
Bon courage pour vos projets, qu’ils arrivent à terme et faites moi les voir dans les commentaires! \o/

Repas Poland-skievicz

J’arrivais donc avec les deux gâteaux qu’on avait préparé la veille dans mon appart à la station Toberry (:D) du métro 1B de Bruxsmelles.







Nous nous mîmes en route vers la bonne aubeeeeeeerge.





















Arh! trop bonne la soupe! *q*
















































































OMG photo dossier de Wanda avant qu’elle soit vieille et pas encore mariée avec les pères de ses enfants.






















































Insoutenable!





Que d’émotions! Allez Wanda, dis nous le nom des plats qu’on a mangé et qu’on est même pas malades après \o/

Tuto Perspective – un point de fuite et décroissance des intervalles

Un point vers lequel des lignes imaginaires convergent à l’infini.
Ces lignes droites sont les extrêmités d’objets. Ce sont les bords d’un immeuble, d’une table, d’un rail… etc.
Ce sont des lignes imaginaires tracées par le dessinateur pour délimiter les objets.
Dans la réalité ces lignes n’existent pas, prenons quelques photos et traçons les lignes des bords pour trouver comment convergent ces lignes.

Gare de Part-dieu à Lyon:

Gare du Nord à Paris:

On remarque ici que les points de fuite dépendent de notre position:

Décomposons:


En marquant les lignes ont s’apperçoit qu’elles convergent au zénith de l’observateur (dans le cas où les objets observés sont bien verticaux, c’est à dire perpendiculaires à la surface du sol)
Quand on se place entre les deux drapaux et qu’on regarde en l’air, leur lignes convergent juste au dessus de nous.
Il en est de même lorsque l’on ne se trouve pas au milieu des objets verticaux.

ils se trouvent à notre hauteur dans l’horizon, ou à notre zénith / nadir si on regarde en l’air / vers le sol.
en regardant droit devant soi, Si on traçait une tangente au sol qui part de notre point de vue (voir l’introduction à la perspective) à la surface du sol dans la direction de notre regard, on trouve le point de fuite.
Si on s’accroupit, ou si on se couche en regardant toujours au loin devant soi, ce point de fuite descend, il se rapproche du sol, comme on le fait, et les lignes de fuite le suivent.
Du coup, on peut savoir si un objet observé est: plus haut que nous, ou plus bas. Quand on dessine des décors, tracer l’horizon de notre hauteur permet de ne pas se tromper en plaçant un objet qu’on verrait par exemple de dessus, alors qu’il est au dessus de cet horizon.

C’est une bonne leçon de philosophie ça:

Ce qu'on voit nous apparaît en fonction de notre point de vue

On pourrait même s’en servir pour parler de physique quantique, mais bon, revenons fouetter nos moutons!

Voilà pour ce qui était de la perspective à un seul point de fuite, mais spa fini pour ce chapitre.
Ça donne des images statiques, centrées sur le sujet, et c’est peu fréquent dans notre réalité.
Notre vision humaine se rapprocherait plutôt d’une conception à 6 points de fuite (6 points définissant les extrémités des axes pour faire 3 dimensions), voire 12 (6 pour chaque oeil), mais nous allons voir ça au fur et à mesure.
Voyons plutôt la propriété pour savoir comment rétrécir exactement vos objets lorsqu’ils se rapprochent de l’horizon.

Décroissance des objets avec la distance

Admettons que vous vouliez dessiner une rangée de poteaux électriques.
Comment les placer en perspective correctement?
Là j’ai pas de photo mais ça semble harmonieux, et tous mes cours de perspective m’ont raconté ça:

Plante ton premier poteau, trace ton horizon, choisis un point de fuite (les Belges ont une drôle de prononciation sur les U, ils les disent OU, mondieu hiiii!):

Plante ton deuxième poteau qui va décider de la place des suivants.
Cette théorie de la décroissance des objets en perspective ne fonctionne que si les objets doivent être espacés d’une même distance entre eux.

Trace une ligne qui part du milieu de la hauteur du poteau 1 vers le point de fuite.

Trace en rouge la ligne qui part du haut du poteau 1 et qui passe par le milieu du poteau 2.
Tu peux maintenant planter ton 3e poteau là où la ligne rouge rencontre la ligne fuyante indiquant le bas de tous les poteaux.

Et ainsi de swouite 😀


Notez que le point qui ne va pas vous servir à grand chose est sur la perpendiculaire à l’horizon, du côté sous-sol.
En effet, il ne va pas vous servir à grand chose, malheur ! vous venez d’apprendre un truc qui ne va pas vous servir.

Ça peut être une bonne question d’examen leçon de philosophie.

On en apprend tous les jours.

Vous pouvez jouer avec le théorème de thales: Si vous mesurez la longueur (un segment non courbé) entre votre oeil et le bout de votre main qui tient une règle à la verticale, vous pouvez savoir:
La distance qui vous sépare d’un monument dont vous connaissez la vraie hauteur,
la hauteur d’un monument dont vous connaissez la distance qui vous en sépare \o/

Tuto sur la persp’ à suivre, avec encore plusse de points de fwouitte.
En attendant, je ne saurais que trop vous conseiller d’observer la VraieVie.
On apprend beaucoup de choses en prenant le train et en regardant partout.

[tuto] – colo et mise en forme de strips de blog

Avant la coloration

•D’abord il faut dessiner les strips sur papier, au critérium cadeau(très important) Rotring, 0.5mm, mines HB.

Mettez Photoshop en marche, créez un fichier:
faites Ctrl+N, Entrée.
Puis B pour brush, à la tablette faites un zigouigoui. Voyez si photoshop à bien mis en route le driver de la tablette. Si vous ne pouvez pas dessiner quelque chose comme ça, fermez toshop puis relancez le \O/
Si ça marche, fermez ce fichier zigouigoui qui a bien servi.
(je dois être le seul au monde à qui ça arrive en fait :D)


Mettez vous dans une ambiance propice au coloriage. Musique ouééé \o/


Scannons la feuille de strip en 300 dpi.
Mettons la dans toshop.

Sauvegardons le tout en format .psd (photo shop document) Ctrl + S

Accentons les noirs et augmentons les gris clairs pour donner ce résultat.

Je vais m’occuper de la partie gauche de la feuille, donc je fais un rectangle de sélection avec le raccourci M et je détoure (Image » crop).
J’ai fait un script pour détourer vu que y’a pas de raccourci clavier.
Les scripts sont chuper pratiques, on peut leur assigner des combinaisons de touches ou bien des touches fonction (F1 F2 F3… F12) °o°

J’en ai fait pour:

F2 : préparer une colo. (à partir d’un lineart en background, le convertir en mode multiply ,crréer deux calques normaux en dessous, et remplir (Edit » Fill » White 100%) de plus bas de blanc.
F3 : Détourer une image et la mettre à niveaux automatiques (Alt + Ctrl + L comme levels)
F4 : Détourer une image
F5 : redimentionner à 1100 pixels de haut, pour faire des apperçus de page de BD sur le web.
F8 : redimentionner mes photos à 500 pixels de large les sauvegarder et les fermer pour les blogguer ensuite.
Ctrl + F9 : piste précédente dans Winamp (pas besoin d’avoir l’application au premier plan pour que ça marche, les plus malins d’entre vous auront remarqué que ceci n’est pas un script forotshop)
Ctrl + F10 : sotp la musique !
Ctrl + F11 : play / pause dans winamp
Ctrl + F12 : piste suivante dans Winamp



Donc, j’ai mon lineart bien cadré. Je vais m’attaquer aux textes.
touche T. Maintenez le clic pour délimiter l’espace de votre texte, ça vous évitera d’avoir à faire entrée à chaque fois que vous voudrez que votre texte rentre dans la bulle ou le cartouche.
Vous n’aurez qu’a changer la taille du rectangle. Arrangez vous pour que votre texte ressemble plus à un cercle qu’a un carré, (comme pour disposer des assiettes sur une table *-*) ou qu’a un morceau de mur de briques défoncées. C’est plus agréable à lire.

Par dessus tous les textes, retapez-les au clavier, ensuite,
effacez vos écritures sur le calque du lineart.




Coloration

Le raccourci de la gomme: E

Créons 4 calques en mode normal.
Sur le plus haut nous allons nous occuper des bulles blanches.
En dessous, les cheveux et des vêtements en s’arrengeant pour que ce que l’on va barbouiller ensuite en dessous ne nécessite pas de gommage.
Sur celui juste en dessous nous allons nous occuper de la peau.
Le suivant concernera le fond.

Mettez le dessin en vue éloignée. Choisissez les couleurs des cheveux, des peaux, des chaussures, des vêtements sans vous soucier des décors pour le moment… et mettez en une tache sur chaque élément qui sera de la même couleur.
Quand je colorie je zoome, avec la métrode des taches préalablement placées je n’aurai qu’a utiliser la pipette (maintenir Alt) pour changer de couleur, et utiliser la main ( barre espace) pour me déplacer dans l’image.
Alt + roulette de la tablette (ou de la souris) permet de faire des zoom avant et arrière, trop bien! \o/

Donc, après avoir mis plein de taches sur les bons calques. N’affichez que le calque sur lequel vous allez faire votre colo, en coloriant d’abord le calque le plus haut, celui des cheveux.
Une fois que c’est fait, commencez alors le calque en dessous, on peut un peu plus faire de grands traits sans que les débordures de la peau se voient, du moins, si elles sont cachées par les vêtements que vous venez de colorier.

Occupons nous de donner un aspect plus volumique à la peau.
Vérouiller les pixels transparents du calque « peau ». faut cliquer sur le premier des 4 carrés dans la fenêtre des calques, au dessus des calques.

Maintenant vous ne pouvez plus utiliser la brosse autre part que là où vous avez mis de la couleur. (J’ai appris ça par un tuto de Maliki)
Le verrou de pixels transparents peut aussi être utilisé pour faire des colos sur un seul calque. Faut remplir tout ce qu’on veut colorier d’une seule couleur en faisant attention aux bords une fois, ensuite on vérouille et cébon, wouéé \o/
C’est très utile quand on veut jouer avec des effets de lumière ou de volume comme on va le voir maintenant:

Appliquons donc une brosse douce à faible opacité de couleur rouge légèrement gris.






Et voilà, smieux.
Colorons le fond et les décors sur les calques libres

bulles blanches et couleur de fond.


Sur le calque « lineart », sélécitonnons à la baguette magique (Magic Wand, raccourci W) toutes les bulles (faut qu’elles soient bien fermées) avec Shift + Clicks

Sur le calque « blanc », au dessus de ceux de couleurs, remplissez de blanc vos sélections de bulles.

La colo est finie, occupons nous du layout. *-*

Layout



insertion de publicité passagère à coup de copier coller au bon endroit, transformé, effacé des côtés, brossé de couleur.
Parce que mon strip parlait d’autres dessinateurs, donc voilà.
(Miss Gally et Obion, dieu vous bénisse.)

Après avoir bien colorié en ayant fait attention à ne pas déborder on a plus qu’a mettre en page le bazar pour qu’il soit lisible verticalement.



Donc, on sauvegarde une copie en format .jpg avec une qualité maximale (DOUZE)

Faisons une copie de ce fichier jpg haute résolution.

Mettez dans toshop votre copie de fichier jpg en haute résolution (DOUUUUZE) , on s’occupe de le mettre en ordre.

Changeons la taille de la zone de travail (Image » Canevas size) en doublant la hauteur (Height) et en cliquant sur le carré blanc en dessous pour le mettre en haut. Prévoyez trop grand plutôt que pas assez, on peut toujours détourer \o/
Ce carré blanc indique comment va se faire l’expansion de la zone de travail, là elle se fera en dessous. Si j’avais voulu que l’expansion se fasse au dessus j’aurais déplacé le carré blanc en cliquant en bas.

Et manipulons le lasso polygonal (raccourci L) pour bouger nos morceaux d’images (Ctrl + click maintenu, ou V).
Jouons de transformations Ctrl + T. pour que les images occupent les mêmes largeurs et les mêmes marges environ.



L’ordre est bon, apliquons le script F8 qui réduit à 500 pixels de large notre copie d’image que nous pouvons alors bloguer \o/
Voilà le résultat:

http://tykayn.fr/painsdepices.php/post/2008/02/24/Genese-de-painsdepicesnet


Mes autres tutoriaux (ou didacticiels) de dessin sont disponibles.
Voilà, si vous avez des remarques, si je vous ai appris des choses ou que quoi que ce soit, faites le moi savoir ^o^

Supermassive ping


Hop, voici un pti Tag, en provenance de chez Riri chou

Postez un commentaire à cette note et je :

  • Vous associerais à un film ou une chanson
  • Vous dirai un fait quelconque sur vous
  • Donnerai mon premier souvenir de vous
  • Vous associerais à un personnage ou un couple
  • Demanderai quelque chose sur vous que j’ai toujours voulu savoir 😀
  • En retour, vous pouvez poster ceci sur votre blog (si vous en avez envie)

Sinon, sur le dessin à gauche (fait en Septembre, cliquez pour voir en plus grand) c’est Sandra_Chan et Joséphine (qui un jour devrait me donner des nouvelles, en plus elle a un de mes légendaires agendas du lycée sur lesquels je dessinais mes journées toute l’année *o*)

L’avis de Pansai

Y a o i est en fait l’acronyme de [ヤマなし、オチなし、意味なし」, yama nashi, ochi nashi, imi nashi (Pas de montagne (point culminant – jouissance), pas de chute, pas d’histoire). La seconde définition est une version abrégée de Yamete Oshiri ga Itai (Arrête j’ai mal au ku!).

Personnellement, de Yaotruc je n’ai lu que les 5 tomes de Zetsuai il y a quatre ans. (on m’a forcé /o\) Et cété maaaaaal °Q°. Scénarisituqment Capilotracté, une histoire tragique où on ne sait dire qui est l’homme, graphiquement dégueulasse-moche, une histoire tragique, sortez les mouchoirs. Lol, mdr, edf gdf.

Les lectrices amatrices de JPC où de phallus turgescents pourront vous confirmer combien cémal tout ça 😀